Compostage de fumiers Guadeloupe

Le compostage de fumier, une solution trop peu exploitée

Le compostage consiste à aérer l’andain de fumier et ainsi réduire l’apport de matière organique sur le sol. La valeur du compost est différente de celle du fumier et des autres matières organiques. 

En effet, le compostage permet de réduire la densité de matière à manipuler et à épandre, soit un gain de 50% du volume d’épandage. 

Les avantages du compostage de matières organiques :

  • Éliminer les graines d’adventices et donc ainsi ne pas proliférer à la floraison des mauvaises herbes.
  • Réduction jusqu’à 50% des volumes à épandre (matière à épandre avec un épandeur à table).
  • Réduction des mauvaises odeurs, des nuisibles (mouches, larves…) et des agents pathogènes.
  • Stabilise les constituants organiques et les éléments nutritifs.

Afin de réaliser un compostage dans de bonne condition, il faut respecter certaine problématique : 

  • Le compost doit être issu d’un fumier ayant passé au moins 2 mois sous les animaux. 
  • La durée maximale de stockage au champ est de 10 mois. 
  • Le tas doit changer de place chaque année même s’il est élaboré sur la même parcelle.
  • Les résultats des prises de températures, la nature des produits compostés, les dates de début et fin de compostage, de retournement des andains et l’aspect du produit final doivent être consignés sur un cahier d’enregistrement. 

En revanche, le compost demande de la patience et de la rigueur. Contrairement au fumier, pour épandre le compost dans des condition optimum, il faut que la température au cœur de l’andain soit aux alentours de 50 degrés afin :

D’éviter la perte d’azote, la destruction des micro-organisme et un assèchement prématuré de l’andain ; si température trop élevée
D’éviter le ralentissement de la décomposition de la matière organique et la prolifération des graines d’adventice et des agents pathogène ; si température trop basse

Avant de réaliser son compost, il est important d’en connaître l’utilité et l’état du sol. On épandra plutôt un compost jeune si l’objectif principal est l’apport d’azote dans le sol et un compost « mûr » si c’est l’apport d’éléments stables. 
L’apport du compost reste tout de même de diminuer les apports de matières organiques sur l’ensemble des surfaces. L’épandage de cette matière est estimé à 15 à 20 T/ha/an. 

Réserver un chantier