Partager l'article sur :

Collecter la données pour la modulation d'intrants (Dossier 2/5)

Comme nous l’avons vu dans notre communication précédente, afin de pouvoir pratiquer la modulation intra-parcellaire, il est tout d’abord nécessaire d’avoir accès à une multitude de données puis d’être capable dans un second temps de les analyser et de les interpréter. De quelles données avons-nous besoin ? Comment pouvons-nous nous les procurer ?

L'analyse de la conductivité des sols permet d'évaluer le potentiel de rendements en caractérisant une profondeur de sol. Même si les valeurs relevées sont bonnes dans un sol peu épais, le conseil d'apport minéral sera différent sur une parcelle profonde. La conductivité se mesure à l'aide d'un quad tirant un traineau qui envoie un courant électrique dans le sol. Suite à l'analyse de ces données et grâce à un algorithme, on établit une préconisation d'apport selon plusieurs facteurs : ph, teneurs minérales et potentiel des terres. Les conseils sont différents d'un prestataire à l'autre (coopératives, chambres d'agriculture ou conseil privé) en fonction de leurs références en matière de fertilisation (essais, conseil Arvalis, conseil commercial, etc...).

Les données collectées en surface sont essentielles et peuvent être issues de multiples sources telles que les images de drones (AIRINOV), de satellites (Farmstar) ou encore les cartes de rendements. En ce qui concerne ces dernières, la plupart des constructeurs de moissonneuses-batteuses offrent ces fonctionnalités mêmes si celles-ci ne semblent pas encore être toujours exploitées. Elles plaisent cependant aux agriculteurs et s’avèrent être une bonne source d’information pour prendre conscience de l’hétérogénéité et mettre en place des actions de modulation ‘’manuelles’’ à moindre coût. Quant aux drones, il existe plusieurs alternatives offertes soit par les coopératives soit par des pilotes privés que vous pourrez retrouver sur Linkinfarm. 

Les analyses de ces données permettent la génération de cartes de préconisation. Ces dernières ne seront utilisables que si l’agriculteur est équipé d’un système GPS et d’un dispositif de modulation de doses sur ces machines. Grâce à ceux-ci, le débit en sortie d’épandeur variera en fonction de la zone dans laquelle se situe le couple tracteur/épandeur. Une bonne connaissance agronomique, la maitrise de l’outil informatique et le paramétrage des différents boitiers en cabine sont bien évidemment des prérequis qui vous faciliterons la tâche.

Poursuivez votre lecture avec la suite du dossier sur la modulation d’intrants

    1. Introduction
    2. La collecte d’information
    3. Les équipements
    4. L’analyse des coûts [nouveau]
    5. Les gains potentiels (disponible le 1 Avril)
    -